Portogruaro

La ville de Portogruaro est un axe routier et ferroviaire important, un effervescent centre d'activités commerciales, artisanales et tertiaires. Elle est aussi de grand intérêt historique et artistique, au point d'être une halte obligée pour le touriste de passage, capable de satisfaire le touriste le plus exigeant. Cette petite ville conserve en effet dans son centre historique la structure urbanistique d'origine médiévale, vraiment plaisante pour son élégante homogénéité, pour la caractéristique inspiration vénitienne de ses palais et ses vues suggestives sur le fleuve Lemene. Il est impossible de déterminer l'origine de l'implantation: le premier témoignage concret est un privilège de l'an 986 par lequel l'empereur Ottone III concéda la possession du territoire à l'évêque de Concordia. Au Xème siècle déjà devait exister, sur la rive droite du fleuve, un château fortifié, que les évêques de Concordia construirent comme demeure personnelle, ne se sentant plus suffisamment protégés dans les ruines de l'ancienne ville romaine. Ce noyau primitif grandit progressivement à partir de l'an 1140, quand l'évêque Gervino concéda une portion de la rive gauche du Lemene, pour la réalisation d'un port et des structures commerciales s'y rattachant. Dès le début donc, Portogruaro appartint au territoire sous la domination politique du Patriarcat Aquiléen, comprenant également le diocèse de Concordia. Mais la classe marchande, qui était à l'origine du développement de la ville, commença bien vite à revendiquer une certaine autonomie politique face à la domination patriarcale et à s'insérer dans l'aire de l'hégémonie vénitienne. Tout au long du XIVème siècle, les patriarches essayèrent de maintenir le contrôle politique de la ville mais, profitant de la situation particulière qui faisait que le Patriarcat Aquiléen était divisé par des luttes intestines et attaqué au nord par les empereurs allemands, Venise se jeta dans la mêlée et, après des hauts et des bas, elle se lança à la conquête de l'Etat patriarcal. Dès lors, Portogruaro partagea le destin de la République vénitienne jusqu'en 1797 (Traité de Campoformido), en en retirant d' ultérieurs importants privilèges commerciaux et en connaissant, au cours des XVème et XVIème siècles, sa période de plus grand développement urbain et de majeur épanouissement artistique et culturel.
Le XVIIème siècle marque le début du déclin économique de la ville. Fondamental pour la reprise économique, l'énorme développement de l'activité agricole de la région suite au renforcement, dans les années vingt, et à l'achèvement des vastes interventions d'amélioration foncière de l'après-guerre déjà entreprises au cours des dernières décennies du XIXème siècle et qui ont permis à l'agriculture de s'étendre sur toute la bande précédant le littoral. Aujourd'hui, Portogruaro est redevenu un important centre d'échanges, tout particulièrement dans le domaine des services, tant dans le secteur public que dans le secteur privé. On entre dans la ville par la Porte St. Jean, du XIIIème siècle, reconstruite au XVIème. Près de là, la Eglise de St. Jean, construite en 1338, abrite une statue en marbre ("Vierge à l'Enfant") du début du XIVème ; un retable avec saints et apôtres de Leandro da Ponte, fils de Jacopo da Bassano; une fresque sur la voûte du presbytère ("Triomphe de l'Eucharistie") de Andrea Urbani. Suggestive, la chapelle du XVIIIème, dédiée à Notre-Dame des Sept Douleurs, objet de dévotion populaire. Le Palais Municipal, en briques face en vue, est un caractéristique édifice gothique avec une façade à versants crénelés et un escalier extérieur de côté avec petit clocher à arcades. Près de la Mairie, on peut voir le "petit puits des grues" , symbole de la ville. Derrière la Mairie se trouve le marché aux poissons avec sa loge et le petit oratoire, construit par les pêcheurs de Caorle, évident témoignage du passé portuaire de la ville. L'une des zones les plus caractéristiques et suggestives est celle des moulins sur le fleuve Lemene, faits bâtir par l'Evêque Felotto en 1477. Tout aussi intéressant, le Dôme, avec son clocher incliné. Il faut signaler, parmi les nombreux remarquables palais de la ville, , les palais Muschietti, Moro et des Impôts, le Palais De Goetzen, le Palazzo Dal Moro et la Villa Communale, dont on peut admirer l'élégance du style Renaissance.

Paleonthologic Museum "Michele Gortani".